Les amies…c’est la vie !

Les amies…c’est la vie !

phrase-amitie

(crédit photo: google)

Il m’arrive très régulièrement de me réveiller pendant la nuit, vraisemblablement sortie de mon sommeil par mes pensées qui s’imposent et me disent : Nini, tu ne dormiras plus !

J’ai toujours eu l’envie d’écrire une histoire, un livre mais c’est systématiquement pendant la nuit que je suis réveillée et débite une quantité de phrases très bien conçues, tout droit sorties de …mon imagination ou d’autre part, qui sait. Mais je suis malheureusement encore très endormie et n’ai jamais la force de me réveiller pour coucher tout cela sur papier.

De bon matin, malheureusement, ces phrases qui se succédaient parfaitement et constituaient le début d’une belle histoire, se sont envolées et je me trouve dans l’impossibilité de reconstituer ce puzzle…

Bref, une nuit, je suis réveillée de la même manière et commence à rédiger oralement l’intégralité d’un article sur le thème « mes amies ». En bref, je pensais à elles…

Je suis convaincue d’être incapable de retranscrire tout ce à quoi j’ai pensé mais ça me parait intéressant d’essayer tout en laissant parler ma spontanéité.

De temps à autre me vient cette envie de parler d’un sujet plus personnel.

Alors, pour bien commencer sans être hypocrite : je vous dirais que mes amies se comptent sur les doigts d’une main.

Une amie est pour moi une personne qui m’est dévouée tout autant que je le suis pour elle. Une personne qui peut m’appeler au secours et qui me verra débarquer à son chevet. Une personne qui me téléphonera à un moment pas forcément opportun pour une question importante à ses yeux et je prendrai le temps de lui répondre…

Bref, s’il y a beaucoup de personnes qui attendent quelque chose de vous, peu sont celles qui auront la même considération à votre égard.

Non pas que j’attende en retour. Je ne fais jamais quelque chose avec une arrière-pensée. Si je le fais, c’est de bon cœur mais mes amitiés se sont précisément constituées sur une base solide. Nous constituons un noyau et d’une manière ou d’une autre, il existe une entraide mutuelle.

La réalité est que mes amitiés se sont toujours SANS EXCEPTION créées de la même manière. La rencontre avec une personne que j’apprécie à un moment où l’une d’entre nous a besoin de l’autre. Un lien très fort se constitue et c’est parti pour la vie…

Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que je laisse rarement une personne véritablement entrer dans ma vie. Je suis très propectrice envers moi-même et ma famille.

Mon signe est le LION tout comme celui de Roudou d’ailleurs et j’ai toujours protégé ma meute. Les personnes qui ont tenté de s’en prendre à elle, se sont à chaque fois brulé les ailes car le mal ne peut pas être gagnant 😉

Ceci étant dit et bien dit, j’ai envisagé cet article en reprenant mes amitiés depuis le début, chacune à un moment de ma vie.

Ce qu’il faut savoir (mais dis donc la Nini, y en a des choses à savoir ici!!! 🙂 ) c’est que je suis casse-pieds à mes heures perdues et j’ai envie de leur annoncer que j’ai parlé d’elles dans mon article mais que pour que cela soit bien fait, j’ai dû poster leur photo ainsi que des infos personnelles HAHAHHAH oui, c’est tout moi ça.

Bref, commençons :

La première, je l’ai baptisée : Poussin Vert ! Hé oui, chez moi on baptise régulièrement. Ma fille a déjà au moins cinq surnoms hahahha c’est tellement amusant.

Ça a été m’a véritable première amitié, peu avant que je débute l’université. Nous nous sommes rencontrées par l’intermédiaire d’une connaissance et un lien très fort s’est créé très très rapidement. Nous passions nos journées, nos soirées et nos nuits aussi ensemble.

Je passais beaucoup de temps chez elle avec sa maman et son petit frère que je considère comme une véritable famille.

Nous avons partagé des moments inoubliables, des fous rires, des pleurs. Bref, une véritable complicité que je ne pourrai jamais oublier.

Il a été plus difficile de nous voir une fois que j’étais à l’unif en kot 5 jours semaines (une des périodes les plus difficiles de ma vie).

Ensuite, j’ai rencontré Roudou, ce qui ne nous a pas séparées puisque les soirées, on les passait désormais à 5. On regardait tous ensemble la première émission de star académie HAHAHA

Ensuite, elle a rencontré son mari actuel et c’est à ce moment-là que l’on s’est éloignées mais juste physiquement. C’est vrai que de mon côté j’ai un peu vécu cela comme un abandon car nous nous étions toujours promis que nos futurs amours ne nous sépareraient jamais…j’ai eu beaucoup de mal à le comprendre mais voilà, c’est comme ça !

Nous gardons toujours contact, c’est une personne en qui j’ai confiance et à qui je peux confier n’importe quoi ! Ce lien indestructible qui vous unit à une personne ! nous sommes toujours contentes de nous entendre et l’on peut parler de tout et de rien et surtout dire ce que l’on pense vraiment.

C’est important dans la vie de pouvoir dire ce que l’on pense et surtout, de pouvoir être entendue.

Bref, une amitié qui dure depuis plus de 16 années…

La seconde (et c’est précisément le cas d’un moment de ma vie où j’étais très perdue et me sentais très seule), je la surnommerai toujours : Mon EDELWEISS

…ce surnom, ça n’est pas moi qui l’ai trouvé mais la personne qui à toujours été pour elle, mon clone masculin 😉

Bref, notre rencontre (je ne l’oublierai jamais) : un jour de pluie, au tout début mes études à LOUVAIN LA NEUVE, je vois cette fille, d’une beauté… sous un énorme parapluie et je lui pose une question concernant un cours ou un syllabus. Elle m’abrite sous son parapluie qui était vraiment énorme vous savez et elle me propose de venir chez elle pour  me donner un exemplaire à photocopier…

Nous ne nous sommes plus jamais quittées de toutes nos études.

Et c’est là que j’ai envie de reparler de la loi de l’attraction, de l’univers et du fait que l’on attire à soi des personnes qui nous viennent en aide, des personnes qui sont là à un moment de nos vies et qui ont beaucoup d’importance. (nous avons l’occasion d’en parler de temps en temps sur mon snpachat leblogdenini)

Certes, ça n’a pas été facile. Comme beaucoup de personnes, j’ai connu des épreuves difficiles et douloureuses dans ma jeunesse qui ont forgé un caractère bien trempé et surtout une carapace.

Je souffrais et j’étais difficilement gérable. Assez excessive, voir agressive.

Pourtant, mon Edel … ne m’a jamais lâchée et il fallait vraiment que ce soit elle. Cette personnalité hyper cool pour me supporter.

C’est d’ailleurs aussi ce que me disait miss Poussin Vert : « il fallait vraiment que ce soit moi pour te supporter, toi et ton caractère ! » Et elle avait raison, en fait, elles auraient toutes raison de dire cela mais il faut croire que malgré ce « caractère » j’ai tout de même quelque chose d’attachant, de bons côtés au final…

On dit que nul n’est parfait mais moi j’ai envie de dire que…nul n’est totalement imparfait 😉

Je pense d’ailleurs ne jamais m’être excusée pour tout cela, pour tous ces moments difficiles et cie… et je le fais du coup aujourd’hui.

Je me dis souvent ainsi qu’à Roudou : « si j’avais su ce que je sais aujourd’hui, j’aurais agi bien différemment ».

J’ai ce sentiment permanent d’avoir un retard de 10 années. Je voudrais juste revenir 10 ans en arrière…

Contrairement à d’autres (auxquels vraiment je ne jette pas la pierre) elle ne m’a pas tourné le dos. Nous gardons toujours contact mais avons chacune nos vies…notre relation est plus posée, moins explosive…

J’ai au gré de mes rencontres, heureusement…évolué 😉

La troisième, que j’ai très récemment baptisée : Madame PERSIL. Mais attention, vous savez que j’ai dû lui donner une explication précise quant à ce surnom. LOL

En fait, c’est ma maman qui disait toujours cela : « Madame PERSIL, Madame PLACARD »…des mots, des phrases, que tu gardes de ton enfance et que tu transmets …

J’ai rencontré Madame P (lol ça me fait rire) également à l’université.

Je l’avais toujours regardée de loin. Je la trouvais tellement jolie, j’adorais sa façon de s’habiller mais je n’aurais jamais pensé que l’on deviendrait à ce point amies.

Une amitié qui s’est développée tellement rapidement que je ne m’en étais pas rendu compte. Ce qui a fait qu’à un moment de sa vie où elle souhaitait que je sois présente je ne l’ai pas été.

Ça n’était pas possible pour moi et je pensais sincèrement que ça n’avait aucune importance pour elle si bien que je me suis dit que ça n’était pas grave mais j’avais tort malheureusement et je le regrette.

Nous nous téléphonons pratiquement tous les jours et les SMS volent en cœur…les conversations durent au minimum, quand on est super pressées et que l’on n’a pas du tout le temps …UNE BONNE DEMI HEURE…

Il ne faut pas rêver : je ne l’appelle pas toujours quand ça l’arrange, à un moment qui est super opportun pour elle et vice versa mais peu importe : ON DECROCHE ou on rappelle rapidos, parce que l’on sait être là l’une pour l’autre quoi qu’il arrive.

J’ai connu une période un peu difficile dans le travail où j’ai été tellement déçue par certaines personnes. Tu sais, ces moments où même si tu es une grande G…. même si tu ne te laisses jamais faire…tu plies tout de même un genou à terre parce que la déception est trop grande, parce que tu tombes de haut et parce que tu te sens juste trahie (c’est mon côté trop sensible ça ! voilà pourquoi je préfère mordre qu’être mordue !)

Et ma Madame P : elle est juste allée trouver la personne en question et lui a dit ces 4 vérités.

Non mais ça, c’est toujours moi qui le fais habituellement. Défendre le plus faible, comme en rénové où je me bagarrais même avec les garçons pour défendre mes amies ! Quand je ruais dans les brancards de ces groupes de filles qui pensaient pouvoir s’en prendre à mes amies parce qu’elles étaient gentilles et innocentes ! Tout ce que je déteste !

En fait, personne n’avait jamais fait ça pour moi. De part l’attitude excessive que j’avais, j’étais plutôt habituée à ce que même mes amies me fassent des reproches : Ho mais Nini, tu n’as pas été gentille là, tu lui as mal parlé, tu réagis de façon trop virulente, tu es agressive et cie…

Oui, oui, je m’en suis pris des remarques en pleine poire mais elles étaient fondées et j’avais juste la chance d’avoir des amies qui m’aimaient assez fort que pour me dire les choses en face !

A l’époque, je ne comprenais pas. Je pensais chaque fois être trahie, incomprise et seule au monde…

Bref, Je suis restée tellement bête et ça m’a tellement touché que quelqu’un d’autre que ma famille, que Roudou (qui est celui qui est toujours là pour me défendre), face cela.

On pourrait encore en parler des heures et des heures mais je pense que l’essentiel a été dit et au pire, on pourra toujours s’appeler tout à l’heure HAHAHAHHA

La quatrième et dernière en date, que j’appellerai : « Mon Aurore ».

Cette petite une lumière à l’état pur qui est venue se poser au-dessus de moi.

Là encore, une amitié très forte qui s’est créée avec une personne qui par contre à la même fougue que moi mais version allégée.

C’est-à-dire que si elle doit t’envoyer balader, ça ne prendra pas plus d’une minute mais elle le fera avec tact à l’endroit même où moi…pas du tout HAHAHAH

Nous avons partagé ensemble notre passion pour la photographie mais c’est aussi et surtout le côté humain et la relation à autrui qui a été nos principaux sujets de conversation.

Au final, j’ai beaucoup appris de nos discussions. J’ai évolué…certes, je ne suis pas un modèle de perfection et ne le serai sans doute jamais car j’ai été piquée à vif par la vie, des plaies ne se refermeront jamais et je ne peux changer qui je suis…Il y a encore pas mal de boulot mais j’essaye d’évoluer et de penser autrement.

La réalité est que la vie n’épargne personne. Toute petite ma maman m’a toujours dit : dans la vie, tu ne dois jamais envier personne. Car chacun à sa vie et ses peines aussi. Tout le monde à sa croix à porter!

Et il est vrai qu’au jour d’aujourd’hui, je ne suis pas jalouse des gens. Je ne suis pas jalouse de mes amies qui ont pu trouver l’amour et voyagent au 4 coins de la terre. Je suis heureuse pour elles.

Je ne suis pas jalouse de celles qui vivent dans une villa ou qui ont une grosse voiture. Tout cela ne définit pas qui nous sommes, c’est juste du matériel et ça ne veut strictement rien dire.

Je serais plutôt très envieuse par contre, de la personne qui aura trouvé la paix intérieure. Qui aura pu combattre tous ses démons et qui avance sereinement dans la vie. De cette personne qui aura compris la véritable valeur de l’existence…

De cette amitié, la plus grande leçon que j’ai pu en retirer c’est qu’« en vouloir à autrui ça vous bouffe littéralement ».

Si si, quotidiennement il y a des gens qui m’ennervent au possible mais je ne me lève pas chaque matin en pensant à eux et en les détestant du plus profond de mon être. Il faut savoir vivre avec…

Pour ma part, malgré le mal que certain ont voulu me faire, je ne vis pas dans la haine car c’est un sentiment qui vous consume.

Aimer les gens c’est bien plus difficile. C’est un véritable travail.

Il est plus facile de détester une personne et citer ses défauts que d’essayer de lui pardonner, d’essayer de la comprendre et, même si l’on ne peut pardonner, de vivre sans haine. C’est tellement libérateur.

Pour ma part, je ne supporte pas les conflits et pourtant, bien malgré moi, mon travail m’impose d’être en « conflit » permanent mais j’essaye de gérer cela autrement, de peser mes mots souvent trop incendiers et meurtriers LOL

J’essaye au maximum de calmer mes ardeurs car c’est un vrai défouloir ce job 😉

Bref, encore une belle amitié et une personne qui est apparue dans ma vie à un moment où j’en avais vraiment besoin.

POUR PARLER DE MOI, un peu car c’est très difficile de savoir qui l’on est vraiment.

Je sais mes défauts (ils sont nombreux vous savez 🙂 ) mais citer mes qualités, pour tout vous dire c’est un exercice auquel je n’ai même pas envie de me livrer. Il faudrait beaucoup réfléchir HAHAHA

Ce que je pense savoir de moi, c’est que je suis très dévouée en amitié.

D’une manière générale, et je le dis souvent, même si je ne suis pas toujours présente dans les bons moments, je pense n’avoir jamais failli dans les mauvais.

Ça n’est peut-être pas l’idéal mais je préfère être présente quand on a vraiment besoin de moi qu’être là pour une fête, pour un bon moment mais aux abonnés absents quand une amie est dans le besoin…

Voilà, je vous ai livré encore un peu de moi et je conclurai en disant que sans aucun doute je ne suis pas une amie parfaite et que mes amies ne sont pas parfaites non plus. Mais une fois encore, en quoi consiste la perfection ?

Il y a certes des comportements que je ne comprends pas toujours et il en est nécessairement ainsi aussi à mon égard mais cela n’est pas important.

Ce qui compte, c’est le lien très fort qui nous unit. Ce sont les moments partagés, les rires, les pleurs, les instants de doutes, les angoisses, les colères…

Ce qui compte : ce sont les ouragans que nous avons traversés pour en bout de course, toujours retrouver la lumière du soleil 🙂

 

Latest Comments
    • leblogdenini
  1. Raves
    • leblogdenini

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *